Les crus du Beaujolais

Le Beaujolais compte un trésor, ou plus exactement 10 trésors. Ils se nomment Brouilly, Côte de Brouilly, Régnié, Morgon, Chiroubles, Fleurie, Moulin à Vent, Juliénas, Saint-Amour. Ce sont les dix crus du Beaujolais. Ils constituent à eux seuls une sorte d’élite des vins du vignoble beaujolais. Non pas que les appellations Beaujolais et Beaujolais-Villages ne soient pas qualitatives, bien au contraire. Simplement les dix crus du Beaujolais présentent des caractéristiques qui les placent un peu au-dessus des deux autres appellations précitées. 

Un socle commun

Gamay, cépage unique 

Un seul cépage unit nos dix crus. Il s’agit du Gamay noir à jus blanc. C’est LE cépage noir du Beaujolais. Il représente environ 98 % de l’encépagement de l’ensemble du vignoble. Ici le Gamay n’accepte de se laisser dompter par le vigneron que pour faire du vin rouge. Ne cherchez pas un beaujolais nouveau, un vin blanc ou rosé, vous n’en trouverez pas dans les crus du Beaujolais. 

Taille en Gobelet 

Autre caractéristique commune de nos dix crus, c’est une taille courte traditionnellement en gobelet. Le cep est donc très bas, proche du sol. Il peut rappeler une paume de main ouverte pointant en l’air ses doigts. Le Gamay est un cépage très généreux. Il convient donc de le dompter et de limiter ses rendements pour avoir des raisins de belle qualité. Cette taille courte contribue grandement à cet objectif. 

Le fait de tailler le cep de cette façon, sert également à le modeler et pas uniquement à limiter ses rendements. Modeler, sculpter le cep, c’est-à-dire lui donner la forme que l’on veut, permet de mieux répartir la masse foliaire de la plante et d’éviter des maladies à venir. Cela permet aussi d’améliorer un peu le travail à venir du vigneron, de le rendre moins pénible.

Notons que si cette taille en gobelet est historique et traditionnelle en Beaujolais, de nombreux vignerons décident d’en changer. Se développent ainsi un palissage, voire une taille en cordon. Cela améliore les capacités de travail du cep et la mécanisation. 

Une densité importante 

Limiter les rendements de la vigne passe aussi par une plantation à forte densité. En effet, cela met les pieds de vigne en concurrence les uns avec les autres et les oblige ainsi à limiter naturellement leurs rendements. 

Traditionnellement, dans les crus du Beaujolais les rendements sont de 10 000 pieds / hectare. 

Un sol Granitique 

Même s’il convient de noter des différences de-ci, de-là, on peut retenir que le sol des dix crus du Beaujolais est à très grande majorité granitique.

C’est là que le Gamay donne ses meilleurs résultats. Les racines plongent au plus profond afin d’y chercher nutriments, ressources hydriques et minérales. 

Les Crus en Chiffres 

En nombre de bouteilles 

Avec environ 34,3 millions de bouteilles produites en 2019, les crus du Beaujolais représentent presque 50 % du total de la production du vignoble dans son ensemble, toutes couleurs et appellations confondues (plus de 70 millions de bouteilles). 

En surface 

L’ensemble du vignoble beaujolais représente 14200 ha. La surface des 10 crus est elle de 5820 ha, ce qui représente presque 41 %.

Les Dix Crus 

Ils vont des portes du Mâconnais au Nord jusqu’à Belleville au Sud. Ils laissent à leur droite le Val de Saône. A leur gauche, certaines vignes sont plantées en Beaujolais-Villages. 

Cru Brouilly 

Avec 1250 ha, c’est le cru le plus vaste des crus du Beaujolais. Il est situé exclusivement sur le département du Rhône. Il est célèbre pour un sol de granite rose. Les vins sont souples, légers et ronds. Ils se laissent principalement apprécier sur leur jeunesse. 

Cru Côte de Brouilly

320 ha qui se répartissent sur les 4 faces du Mont Brouilly (484 m). Le sol du vignoble est ici connu pour sa « pierre bleue ». Elle provient d’un ancien volcanisme sous-marin. C’est une roche très dure mais elle laisse parfois la vigne descendre en profondeur. Les vins sont bien structurés sans se départir d’une fraîcheur et souplesse immédiate. La garde de quelques années leur convient bien.

Cru Régnié

C’est le dernier-né des dix crus du Beaujolais. Sa reconnaissance date de 1988. Son sol est très homogène. Le granite domine sous toutes ses coutures. La surface de 390 ha se trouve exclusivement dans le département du Rhône. Les vins sont frais, juteux et présentent une belle structure croquante et épicée. 

Cru Morgon

Ses 1100 ha font de Morgon le second des crus les plus étendus. C’est une célébrité en Beaujolais… et bien au-delà. Des lieux-dits célèbres (Côte du Py, Corcelette, Les Charmes… etc.) s’affichent sur les étiquettes des divins flacons. Les vins sont denses, puissants et présentent un très beau potentiel de garde. Un délice. 

Cru Chiroubles

Le cru est petit, 320 ha seulement. Mais il est aussi le cru le plus élevé avec une moyenne de 410 m d’altitude. C’est aussi le cru le plus pentu avec des pentes qui dépassent souvent les 30 %. Cela rend les conditions de travail de la vigne particulièrement difficiles pour le vigneron. Les vins sont vifs et frais. Ils présentent également un joli fruité gourmand à la texture soyeuse. 

Cru Fleurie

C’est un cru de 830 ha de grande renommée qui se situe sur le département du Rhône. Il est constitué en grande partie de granite rose. La Chapelle de la Madone regarde d’un air bienveillant et protecteur les pentes douces du vignoble. Les vins sont légers, délicat, fins et expriment souvent des notes florales au nez. Les vins du cru Fleurie sont parmi les plus connus des dix crus… et c’est fort légitime. 

Cru Moulin à Vent 

Ce cru est rendu célèbre par ce magnifique Moulin qui surplombe une partie des 640 ha du vignoble. C’est un des monuments les plus marquants du vignoble des crus. Les départements du Rhône et de la Saône et Loire accueillent les vignes de ce célèbre cru. Les vins présentent une très belle capacité de garde. Ils sont complexes, délicats, élégants mais aussi puissants. 

Cru Chénas

Voici le plus petit des dix crus du Beaujolais. Il fait 250 ha. Les vignes de ce cru prennent leurs aises sur deux départements, le Rhône mais aussi une partie en Saône et Loire. Il est organisé d’ouest en est. A l’ouest, il est constitué de hauts côteaux granitiques. A l’est, le vignoble est plus doux avec un sol davantage de piedmonts. Les vins de Chénas sont généreux avec un croquant marqué dans leur jeunesse. 

Cru Juliénas 

Les 570 ha de ce cru se répartissent sur les départements du Rhône et de la Saône et Loire. Historiquement, Juliénas a été mis en avant par les journalistes du Canard Enchainé. Une grande diversité de sol se trouve en Juliénas mais il faut noter que c’est le moins granitique des dix crus du Beaujolais. Les vins sont sucrés, assez virils. Mais les belles   épices qui s’expriment viennent apporter au nectar un caractère jovial et séducteur. 

Cru Saint-Amour 

Ce cru est mondialement connu notamment lors de la la Saint-Valentin. Il est le seul des dix Crus à être situé exclusivement en Saône-et-Loire. En outre sa surface est petite (330 ha). Le sol du Cru Saint-Amour est particulièrement hétérogène. Les vins sont séducteurs, souvent assez souples et harmonieux. Ils laissent facilement exprimer le fruit. 

Partager sur facebook
Share on Facebook
Partager sur twitter
Share on Twitter
Partager sur linkedin
Share on Linkdin
Partager sur pinterest
Share on Pinterest